La Robe d'une Reine, Anne de Clèves

29 février 2008

Le Projet

Amies de longue date, nous sommes depuis toujours passionnées par l’Art et l’Histoire. Par des chemins différents, nous avons, à la même époque, choisi toutes les deux de devenir artisan d’art. L’une est devenue bijoutière, l’autre costumière. Un projet est né du désir profond de travailler ensemble.

Avant tout, nous sommes toutes les deux animées par l’envie de réaliser une pièce ayant la plus grande fiabilité historique. N’étant ni l’une ni l’autre historiennes, nous nous sommes néanmoins efforcées de faire les recherches les plus poussées possible et avons pris contact avec des spécialistes en costume, et un groupe de discussion historique. Nous avons expérimenté et émis de nombreuses hypothèses dans un souci constant de réalisme, toutefois limités parfois par des moyens financiers ou techniques.

Nous avons choisi de réaliser la réplique historique de la robe d’Anne de Clèves, peinte par Holbein le jeune, en 1539.

Posté par Tamara et Sarah à 17:20 - Commentaires [4] - Permalien [#]


Les débuts du projet

Début février, constat :
Mettre deux artisans d’accord sur un projet de création n’est pas forcément évident !

Un costume, oui, mais lequel ?

- il faut qu’il plaise à toutes les deux (évidemment).
- il faut qu’il y ait assez de défis techniques en costume et en bijouterie pour qu’il soit intéressant (Mais pas trop…).
- il faut que techniquement ce soit possible : où-qui-comment trouver les fournisseurs, les matières premières, les outils…
- Et enfin, comment financer ce costume, vitrine de nos compétences si l’on est un jeune artisan passionné, mais … Pauvre ?

Homme ou femme ?
Femme bien sûr, comme ça une de nous (au moins) pourra porter le costume sur mesure.

Quelle époque ?

Byzance : des joyaux magnifiques mais des robes en forme de chemise de nuit
Le 19eme : la coupe des robes est complexe mais peu de bijou
Le 18eme : costumes et bijoux sont magnifiques mais portés séparément.
Or nous voulons absolument un costume où les bijoux fassent partie intégrante de tenue, pour associer plus étroitement notre travail.

La Renaissance nous est alors apparue comme une évidence.

Posté par Tamara et Sarah à 17:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

De l’importance de la richesse du costume à la renaissance

« Cet orgueil de la beauté physique, ce raffinement de l’art de plaire, magnifié par le costume, le XVIème siècle leur a donné le soutien de matériaux luxueux, étoffes riches et lourdes, broderies épaisses, bijoux somptueux, dentelles aériennes. Nulle époque, même le grand siècle, n’aura jeté sur l’homme décor plus précieux pour atteindre la perfection de la beauté humaine. »

François Boucher, Histoire du Costume en Occident

De plus, la compétition entre les rois et les états est exprimé par le costume. L’apparence revêt un intérêt stratégique et politique capital. Chaque monarque et sa cour rivalise d’élégance et de luxe pour exprimer sa suprématie.

Cette pratique a notamment atteint son apogée lors de l’épisode historique du « camp du drap d’or ». La scène se passe en 1520 en Flandres. D’un coté, François 1er, roi de France, de l’autre Henri VIII, roi d’Angleterre. La signature d’un traité de coalition donnera lieu à un déploiement de luxe et de richesses inouïes et sans précédent, les deux cours rivalisant de faste.

Posté par Tamara et Sarah à 17:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le choix du costume

Effectuant un long travail de recherches iconographiques sur l’époque de la renaissance, nous avons en particulier réuni une documentation sur les peintres du nord. En effet, ces peintures, extrêmement réalistes et détaillées, offrent un support idéal de travail. Citons par exemple les portraits de Cranach, Dürer, Van der Weyden…

1535_Lucas_Cranach_Saxon_princesses_sibylla__emilia_and_sidonia    1455_Rogier_van_der_Weyden_Portrait_of_a_Lady    1506_7_D_rer_portrait_of_a_venitian_woman    1536_Holbein_le_jeune_Jane_Seymour_queen_of_england

Images tirées du site Web Gallery of Art : http://www.wga.hu/index1.html

Nous avons étudié beaucoup de portraits mais le choix a été fait en fonction de la disponibilité des matériaux et des raisons techniques et financières.

Finalement, nous avons retenu le portrait d’Anne de Clèves, peint par Hans Holbein le jeune, en 1539.

1539 Holbein le jeune Anne de Clèves

Pour la petite histoire, ce tableau a été peint sur commande en vue d’un éventuel mariage avec Henri VIII et a eu la faveur royale. Le mariage célébré, la fiancée s’est avérée d’après les dires, beaucoup moins belle que le portrait flatteur qu’en avait fait le peintre. Huit mois plus tard, Henri VIII divorçait d’Anne de Clèves, qu’il avait surnommée « la jument Flamande ».

Posté par Tamara et Sarah à 17:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 mars 2008

Les différentes pièces de joaillerie de la robe

petit portraitcoiffe brodée de perles, médaillons et brocheperles blanches brodées

collier composé de médaillons sertis et croix perlée médaillons cousus sur corsage, alternés d'appliques

boucle de ceinture

Ce costume d'Anne de Clèves est apparu sur d'autres portraits, mais le tableau de Hans Holbein étant exceptionnellement précis et détaillé, nous avons choisi cette version qui se trouve au Louvre. Nous avons envoyé un espion sur place pour voir de plus près les détails et les couleurs et nous permettre de confirmer certaines hypothèses!

Les pièces de bijouterie sont très nombreuses: une coiffe brodée assortie d'une broche, un collier, une boucle de ceinture, des bracelets,  des médaillons probablement cousus sur le corsage, et d'innombrables perles...

Posté par Tamara et Sarah à 06:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 mars 2008

L'énigme des perles dorées

Sur le costume sont présentes un grand nombre de perles blanches. Sur la coiffe, et sur le corsage, en bordure des médaillons, se trouvent des rangées de ce qui apparaissent comme des perles dorées.

LES_PERLES_DOREES2

 

 

Nous avons finalement opté pour les perles en cuivre qui seront plaquées or.

Plusieurs hypothèses se sont posées:
_Ce pourraient être, comme sur d'autres parties du costume, des bandes de tissu gansées et brodées, mais les reflets sont importants et ressemblent plus à des perles.
_Des perles de culture dorées
_Des clous en or ( type clous de tapissier : des demi-sphères)
_Des perles ( sphères complètes) en or

 

L'hypothèse la plus vraisemblable, selon nous, est la présence de perles en or, plutôt qu'une variété de perles dorées naturelles. En effet, la couleur des perles dorées serait alors remarquablement homogène. Il est plus commun de trouver des perles orangées, marron, rosées, mais d'une franche couleur dorée, de couleur et de taille identique est beaucoup plus rare.
Ce sujet fait d'autre part l'objet de discussions au sein d'un groupe historique auquel Sarah a participé! Nous ne somme pas seules à nous interroger sur ce petit détail!

Posté par Tamara et Sarah à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Quels ont été les pierres et les métaux utilisés?


d_tail_m_daillons

Le métal principalement utilisé semble être de l'or, et les médaillons de la coiffe et du corsage être une alliance d'or et de métal argenté (de l'argent selon toute vraisemblance). Reconnaître les pierres précieuses utilisées me paraît plus difficile. D'une part, des pierres rondes rouges qui sont très probablement des rubis (ou des spinelles rouges: à l'époque, de nombreuses pierres rouges étaient appellées rubis). D'autre part, des pierres noires carrées ou triangulaires qui peuvent être de l'onyx, de l'obsidienne, de l'hématite... Toutes les pierres sont taillées en cabochons, forme de taille simple: pierre bombée à fond plat. Des perles blanches complètent le tout, brodées de part et d'autre du costume, et même serties sur le collier et la coiffe.

Posté par Tamara et Sarah à 18:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Choix des pierres et métaux pour la reconstitution

Pour des raisons de coût, nous avons dû changer certains matériaux, en restituant au maximum l'aspect initial du costume, couleurs et taille.

Les pierres précieuses seront toutes véritables et fournies par un fournisseur spécialisé dans le commerce de pierres et perles.
Les rubis seront remplacés par de la cornaline rouge vif (couleur idéale) ou des grenats (pierre très en vogue à l’époque).
Les pierres noires seront en obsidienne, ou onyx.
Les perles blanches seront de vraies perles de culture.
Les parties en argent massif resteront en argent.
Enfin, toutes les pièces qui vraisemblablement devaient être en or massif seront en laiton plaqué or fin 18 carats.

Posté par Tamara et Sarah à 18:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La boucle de ceinture: hypothèses

d_tail_ceinture

La boucle de ceinture est la première partie de bijouterie sur laquelle je me suis penchée. Élément-clé de la ceinture en velours et brocard, elle est probablement en or massif, ciselée ou gravée. Les détails de dessin ont été simplement déduits après agrandissement. La torsade centrale pouvait être un élément mobile (comme une charnière) mais nous l'avons plutôt interprétée comme une seule pièce.

 Deux hypothèses d'attache selon nous:

ceinture_deuxi_me_hypoth_se

ceinture_premi_re_hypoth_se




Posté par Tamara et Sarah à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Réalisation de la boucle de ceinture

ceinture_dessin

La boucle a pu être faite d’après deux techniques qui existaient à l’époque: une mise en forme de plaques ciselées ou gravées, ou une fonte en cire perdue. Dans le premier cas, le métal est travaillé dès le début, les outils mettent en forme le métal directement ( limes, burins et échoppes, ciselets).
Dans l’hypothèse de la fonte, le volume est donné dans une cire dure, puis fondue en métal et enfin repris  pour les finitions. C’est l’hypothèse la plus vraisemblable.




Posté par Tamara et Sarah à 19:22 - - Commentaires [3] - Permalien [#]