En faisant des recherches sur les premiers systèmes de maintien de la poitrine j’ai pris connaissance d’une théorie qui pourrait vous surprendre : le corps cordé.

Cette technique a été une révélation pour moi, donc je vous en fais part.


Le plus ancien corps piqué retrouvé date de 1598. Ils étaient constitué de brins d’osier, de petites planchettes de bois et même de fanons de baleines qui, introduits dans des coulisses, rendaient ces corps rigides.


Corps_piqu__de_Dorothea_von_Neuburg_1598 

Le port de ce type de corps est facilement reconnaissable, même sous les vêtements, puisqu’il déformait notablement le buste. C’est ainsi que l’on peut dire, grâce à la peinture et au statuaire, que le corps piqué a dû faire son apparition vers le milieu du XVème siècle.


1450_1500_neerlande_femmes  F55fol129v

1460_Flammand__Memling_femme_2  Margarethe_of_Austria_by_Hey__c1490


. 1536_Hans_HOLBEIN_the_Younger__Jane_Seymour

Cependant, parallèlement à cette méthode de structuration rigide, il y avait des robes dont la structure était plus difficile à comprendre. En effet, regardons de près la mode allemande et italienne de la Renaissance, la poitrine est bien maintenue, mais comment ?


1465 BALDOVINETTI Alessio, Portrait of a Lady in Yellow   1475 Sandro BOTTICELLI, Portrait of a Young Woman  1480 Sandro BOTTICELLI, Portrait of a Young Woman


COSTA Lorenzo, Woman with a pearl necklace  1500 COSTA Lorenzo, Lady with lap dog

Notez l’arrondi parfait des bustes.

Il est vrai que cette ligne peut être obtenue par la coupe, des exemples le montrent dés le milieu du 14ème siècle mais il n'y a pas dans ces cas là l'effet "mono-sein". 

Regarder ci-dessous, les trois formes se côtoyaient pendant la deuxième moitié du XVème : La dame en orange a une silhouette similaire à celles présentés ci-dessus, la dame en bleu semble porter un corps piqué baleiné sous sa cotte et on a l'impression que la dame en rouge assise parterre ne porte rien sous sa robe.

F118fol206vF118fol219v


Mais là où cela devient particulièrement  intéressant, c’est que cette belle courbe est maintenue, même quand la personne est avachie ! Comment est-ce possible ?!


1535_Lucas_CRANACH_the_Elder__Saxon_pricesses_Sibylla__Emilia_and_Sidonia

1514_Albrecht_D_RER__Seated_Woman   WERTINGER__Hans__Princess_Maria_Jacob_a

tudor


Pour trouver la solution, du moins une solution plausible dans un contexte historique donné, il faut être bien conscient des techniques connues et utilisées à l’époque, et de leur manière de réfléchir la coupe.

La costumière moderne pense tout de suite aux goussets dans la corseterie 19ème ou même à des empiècements asymétriques, mais il est important de rester cantonné à des formes simples. Il ne faut pas oublier que La Coupe n’est qu’à ses débuts et le tailleur de la renaissance émerge d’un long passé de coupes géométriques.

C’est pourquoi quand j’ai vu l’étude comparative de Jen Thompson je l’ai trouvé particulièrement pertinente. Elle a simplement appliqué 4 méthodes de rigidification (plausibles pour l’époque) à une base coupée tel un bustier classique de cette période :

-un corps cordé

-un corps en tissu fin

-un corps surpiqué

-un corps en tissu rigide

Le résultat est assez incroyable. Voyez-vous même.

http://www.festiveattyre.com/research/diary/stiffeners.html


En tant qu’artisane, et d’un point de vue empirique, je suis totalement convaincue. Il reste maintenant à vérifier si cette méthode est vraisemblable, historiquement parlant.

- La matière première existait et était facile d’accès.

- La corde était utilisée sur les bustiers de manière décorative (trapunto).

- Le principe d’introduire un élément rigidifiant dans une coulisse était courant.

- La corde était utilisée pour rigidifier d’autres éléments du costume (voir message sur les vertugadins).


Malheureusement, à ce jour, nous n’avons aucune source primaire indiquant l’existence de ce type de corps mais il y avait quelque chose. Parfois, dans la reconstitution, la part expérimentale doit prendre le dessus afin de pouvoir poursuivre les recherches mais il faut demeurer vigilant et toujours ouvert à de nouvelles et plus pertinentes explications.


Je suis en tout cas prête à prendre le parti-pris de la corde.


Il y a des fabuleux sites de costumières qui expliquent cette méthode/théorie mais j’ai repris les bases ici pour nos lecteurs francophones, car hélas ces informations sont en anglais. Je vous conseille tout de même le site d’une costumière qui a été d’une grande inspiration pour moi et sa page sur le corps cordé.

http://www.festiveattyre.com/gallery/index.html

http://www.festiveattyre.com/research/diary/diary2.html


Juste pour les curieux, voici deux exemples de corsets cordés portés durant le 1er Empire sous Napoléon 1 au début du XIX ème siècle
:

stays    l1995